Diagnostic de l'HTAP
Les examens pour mesurer le fonctionnement du coeur et des poumons

Le cathétérisme cardiaque
le cathétérisme doit rester l'examen de référence dans le diagnostic de l'HTAP. C'est la raison pour laquelle nous lui consacrons un chapitre dédié...
 
L'électro-cardiogramme
des électrodes sont placées sur le torse pour mesurer l'activité électrique du cœur (afin d'illustrer sur un graphe le rythme et l'intensité des contractions du cœur). Cet examen peut illustrer des signes d'hypertrophie du ventricule droit du cœur (le ventricule droit augmente de volume en raison du sang qui s'accumule en amont des poumons). L'électrocardiogramme peut être fait allongé(e) ou pendant un effort sur un tapis roulant (ou un vélo d'appartement).
 
La radiographie pulmonaire
une photographie des poumons est réalisée à l'aide de rayons X. Sur l'image, on peut reconnaître des signes caractéristiques d'une augmentation du volume (dilatation) des artères pulmonaires.
 
L'échographie cardiaque (ou échocardiogramme)
un émetteur est placé sur la poitrine pour envoyer des ondes sonores (des ultrasons que l'homme ne peut pas entendre) vers le cœur. Ces ondes "rebondissent" (par échos) sur le cœur et peuvent être à nouveau captées à l'extérieur. Ces ondes permettent alors d'obtenir des images des battements du cœur (sur papier ou vidéo). Ces images permettent de mesurer la taille du cœur et l'épaisseur du muscle cardiaque. Cet examen peut illustrer une augmentation du volume du ventricule droit (hypertrophie et dilatation).

Les épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR)


il s'agit d'examens classiques pour mesurer les principales caractéristiques de la respiration (telle que la quantité d'air qui est échangée avec l'extérieur). Les EFR font appel à plusieurs types d'instruments de mesure. Le plus souvent il s'agit de respirer (inspirer) ou de souffler (expirer) par une embouchure reliée à un tuyau. Le tuyau est connecté à une machine où des courbes sont réalisées sur un écran pour illustrer les caractéristiques de votre respiration. En général, il faut se boucher le nez à l'aide d'un pince-nez pour que l'air passe entièrement par l'instrument. Souvent les personnes qui souffrent d'HTAP échangent moins d'air avec l'extérieur. Ces tests peuvent permettre au médecin de dépister certaines maladies respiratoires comme une bronchite chronique ou une fibrose pulmonaire.

 
Le test de marche

il s'agit de mesurer la distance qu'un sujet peut parcourir en marchant normalement pendant 6 minutes. Le plus souvent il s'agit de faire des allers-retours dans un couloir de 50 mètres. Cet examen permet de mesurer si l'on doit faire des pauses ou si la personne est essoufflée. Parfois, un petit appareil appelé oxymètre de pouls est placé au bout du doigt pour mesurer si le sang est suffisamment oxygéné pendant l'effort. Le test de marche est utile en matière de suivi pour savoir si l'HTAP s'améliore ou non en fonction de votre traitement.

En quoi consiste le test de marche et que permet-il d'apprécier ?

Le test de marche consiste à mesurer la distance maximale parcourue en marchant normalement sur une période de 6 minutes. Dans des conditions normales, chez une personne n'ayant pas d'HTAP, cette distance est de plus de 600 mètres. En pratique, le test de marche permet d'évaluer de façon assez précise la classe fonctionnelle où se situe le patient :
  • classe IV : de 0 à 250 mètres
  • classe III : de 250 à 450 mètres
  • classe II : de 450 à 550 mètres
  • classe I : de 550 à 600 mètres

 Attention : ces valeurs ne sont données qu'à titre indicatif et sont évaluées par le médecin en fonction de chaque personne (selon l'âge, caractéristiques corporelles...).

 

Dernière mise à jour: 2 avril 2010

Définition

Diagnostic de l'HTAP

Génétique et HTAP

HTAP associées

HyperTension Pulmonaire Thrombo - Embolique Chronique (HTP-TEC)
ou HyperTension Post - Embolique ou CTEPH

HTAP de l'enfant

siège social : 5, rue du Lac Léman 91140 VILLEBON-SUR-YVETTE - SIRET 431 367 309 00066 - APE 9499Z
Agrément national par arrêté du 26 octobre 2007 pour la représentation des usagers du système de santé dans les instances hospitalières ou de santé publique